Accueil

Le monde arabe va mal
Situation catastrophique en Palestine et destruction de trésors archéologiques en Irak

Par Jawad KERDOUDI
Président de l’IMRI (Institut Marocain des Relations Internationales)

Plusieurs pays arabes vont mal depuis le déclenchement du Printemps arabe en 2011. L’Egypte vit une situation difficile, la Syrie une guerre civile, l’Irak, la Libye et le Yémen sont proches du chaos. Antérieure au Printemps arabe, la Palestine qu’on a tendance à oublier un peu vit une situation catastrophique.

Le ministre israélien Avigdor Lieberman vient de traiter le Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de terroriste. Les événements négatifs se bousculent. Le 22 Février 2015 des centaines de Palestiniens ont dû évacuer leur maison du fait de l’ouverture par les autorités israéliennes de barrages qui ont inondé la vallée de la Bande de Gaza. Le 23 Février, un Tribunal de New York a condamné l’Autorité Palestinienne à 660 M de $ pour indemniser les victimes des attentats commis en Israël entre 2002 et 2004. Ceci alors qu’aucune Tribunal n’a jamais condamné Israël pour les milliers de victimes palestiniennes, et que l’Etat hébreu a cessé de verser les revenus des taxes prélevées sur les marchandises destinées aux Palestiniens et transitant par Israël. Ne pouvant payer le montant de 660 M de $, il y a risque de saisie des biens palestiniens aux Etats-Unis. Le 24 Février, la Mosquée Al Houda près de Bethlehem en Cisjordanie a été brûlée par des extrémistes israéliens. Cet attentat a eu lieu alors que les Palestiniens commémoraient le 21ème anniversaire du massacre du Caveau au cours duquel un extrémiste juif avait tué 29 Palestiniens en prière à Hébron. Enfin, la Bande de Gaza qui avait subi l’été 2014 un attaque de quarante jours par l’armée israélienne, n’arrive pas à reconstruire la presque totalité des bâtiments détruits par l’invasion. En effet du fait du blocus israélien, les matériaux de construction ne rentrent que goutte à goutte dans la Bande de Gaza. L’ONG Oxfam estime qu’à ce rythme il faudrait un siècle pour reconstruire la Bande de Gaza. Pendant ce temps, 110.000 gazaouis sur une population totale de 1,8 Million vivent sans abri dans des habitations sans toit, sans murs et sans fenêtres, avec six heurs d’électricité par jour et la privation d’eau courante. Pour achever ce sombre tableau, l’aide financière de 5 Millions de $ promise lors la Conférence des donateurs à Gaza qui s’était tenue au Caire en Octobre 2014 n’a été décaissée que pour une infime partie. La communauté internationale et la conscience universelle ne peuvent rester passives devant la grande injustice causée au peuple palestinien.
Un autre drame a frappé l’Irak qui vit une situation catastrophique. En effet, le mouvement islamiste Daech a réussi à conquérir une partie du territoire irakien, dont en Juin 2014 la ville historique de Mossoul. Après les pires sévices commis par les islamistes contre les droits de l’homme, ces derniers se sont pris aux trésors archéologiques préislamiques du musée de Mossoul. Dans une vidéo qu’ils ont posté sur internet, on voit ces barbares détruire au marteau-piqueur des statues, dont un taureau ailé assyrien ornant la porte de Nergal. Ils considèrent en effet qu’il n’y a pas d’histoire avant l’Islam, d’où la destruction de ces vestiges pré-islamiques. La réaction fût vive à juste titre partout dans le monde, et notamment par la Directrice générale de l’UNESCO qui est justement chargée de préserver le patrimoine culturel mondial. Cette dernière a réclamé la réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU et considère cet acte comme « Une attaque contre l’histoire et la culture millénaire de l’Irak, et une nouvelle incitation à la violence et à la haine ». Certaines statues détruites dans la vidéo venaient de l’ancienne cité de Hatra classée au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Mossoul. Il est indispensable que l’ONU condamne avec la plus grande fermeté cet acte ignoble, et exige l’application de la résolution 2.199 du Conseil de sécurité de l’ONU de Février dernier empêchant la trafic des antiquités volées en Irak et en Syrie.
En conclusion, le monde arabe traverse une phase cruciale de son histoire et se trouve à la croisée des chemins. Il importe que les dirigeants et les peuples arabes entreprennent ensemble des actions concrètes pour éradiquer le terrorisme jihadiste qui porte tort à l’image et à l’honneur de l’Islam. Outre la lutte contre le terrorisme jihadiste partout dans le monde, il faut concentrer les efforts sur le pseudo Etat islamique qui dispose d’un territoire, et qui cause chaque jour des atrocités contraires à la civilisation humaine. Outre les frappes aériennes qui sont opérées contre Daech par l’alliance pilotée par les Etats-Unis, il y a lieu d’intensifier les combats terrestres en formant et en équipant l’armée irakienne. Si nécessaire, la Ligue Arabe devrait mettre sur pied un contingent militaire pour combattre au sol ces ennemis de l’Islam et de l’humanité. Il en va de l’avenir du monde arabe.

CHRONIQUES HEBDOMADAIRES DE l'IMRI