Accueil

Medays 2014 : Quel ordre dans le chaos ?

Président de l’IMRI (Institut Marocain des Relations Internationales)
Par Jawad KERDOUDI

La 7ème édition du Forum Medays à laquelle j’ai eu le plaisir de participer a eu lieu à Tanger du 12 au 15 Novembre 2014 sur le thème « Quel ordre dans le chaos ? ». Cette édition qui a regroupé 120 panélistes a été marquée par la présence de personnalités étrangères de haut niveau. On peut citer à titre d’exemple Mehdi Joumaa Premier Ministre de Tunisie, Saeb Erakat Négociateur en Chef de Palestine, José Luis Zapatero Ancien Premier Ministre d’Espagne, Mohamed Bazoum Ministre des Affaires Etrangères du Niger, Abdoulaye Daouda Diallo Ministre de l’Intérieur de Sénégal. Outre un grand nombre d’anciens Ministres des Affaires étrangères dont Bernard Kouchner, étaient présents également Jean Louis Borloo Ancien Ministre d’Etat français, Jacques Barrot Ancien Commissaire européen, Mahmoud Gebril Ancien Premier Ministre de Libye, Enrico Letta Ancien Premier Ministre d’Italie.

Les thèmes abordés par cette 7ème édition de Medays étaient très nombreux et très intéressants. Ils ont concerné les problèmes économiques et énergétiques, le changement climatique, la sécurité alimentaire, la finance, la santé et l’éducation en Afrique, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, le transport maritime et la logistique. Plusieurs panels étaient consacrés aux conflits qui ravagent certaines régions du monde : Syrie, Irak, Palestine, Liban, Yémen, Ukraine, Sahel. Le Forum s’est également interrogé sur le rôle des grands acteurs sur la scène mondiale vis-à-vis de ces conflits : Etats-Unis, Russie, Europe occidentale, Monde arabe, Chine, Iran.

A l’issue du Forum plusieurs recommandations ont été proposées dans le cadre de la 7ème Déclaration de Tanger. Pour la Libye, il a été recommandé de réunir toutes les parties prenantes dans un Sommet à la Mecque, de renforcer le rôle de l’ONU sur place, et d’impliquer davantage les institutions régionales tels que le CEN-SAD et l’UMA. Pour la question du Sahel, il a été proposé de promouvoir l’échange d’informations, la création d’un mécanisme d’alerte précoce, et de constituer un groupe 5+5 comprenant le Maghreb et les 5 pays de l’Afrique occidentale. Pour ce qui est du conflit israélo-palestinien et pour sortir de l’impasse actuelle, il y a lieu d’exercer des sanctions contre le gouvernement israélien pour le forcer à reprendre les négociations avec les palestiniens, de demander aux pays qui ne l’ont pas encore fait (notamment les européens) de reconnaître l’Etat de Palestine, et d’œuvrer à une réconciliation définitive entre le Fatah et le Hamas. Pour ce qui est des organisations internationales, il est recommandé d’élargir le G20 à 5 nouveaux membres non permanents qui seront élus pour un mandat de deux ans par le G77 qui regroupe 132 pays en développement. De même qu’il faut impérativement réformer le Conseil de Sécurité de l’ONU, qui ne répond plus à l’architecture mondiale actuelle. Enfin en ce qui concerne le développement socio-économique, il est proposé de pousser à l’intégration économique régionale notamment sur le continent africain, de renforcer la libre circulation des personnes notamment entre l’Afrique et l’Europe, et promouvoir un grand projet d’électrification de l’Afrique.

On ne peut que féliciter le Think Tank Amadeus d’avoir organisé cette importante rencontre de Tanger qui a permis l’échange d’idées avec des personnalités de premier plan et des experts internationaux de haut niveau. Il faut souligner la présence lors des différents panels d’un grand nombre d’étudiants, ce qui contribue à leur formation. Puissent ces recommandations ne pas rester lettre morte, et que les grands décideurs politiques de notre planète s’en inspirent pour résoudre les problèmes du monde, et en premier lieu le rétablissement de la paix et de la sécurité.

CHRONIQUES HEBDOMADAIRES DE l'IMRI